Une nouvelle vague de commandes publiques

Après la seconde guerre mondiale, la France compte sur sa politique culturelle pour réinvestir son prestige. L’État se positionne comme promoteur des arts et les artistes sont appelés à participer à la reconstruction de la ville et de ses monuments. Des milliers d’œuvres d’art sont commandées et viennent orner les places publiques, les institutions et les musées. À cette époque, la majorité des commandes est passée auprès d’artistes établis qui interviennent dans les intérieurs des bâtiments publics. L’œuvre de Georges Braque sur le toit du Louvre et celle de Marc Chagall à l’Opéra Garnier sont deux exemples reflétant parfaitement les commandes publiques d’après-guerre.

La commande d’art publique va permettre de restaurer le prestige de la ville après le régime de Vichy. L’art va alors servir de vitrine diplomatique, témoignant de l’excellence française.

Georges Braque, Les oiseaux, 1953 – Musée du Louvre – Salle Henri II

Le plafond de l’Opéra Garnier par Marc Chagall, une oeuvre monumentale de 220 m2 inaugurée en septembre 1964

Dans les années 80, les commandes publiques ont un impact considérable sur l’esthétique de la ville de Paris que nous connaissons aujourd’hui. Cette fois, on mise sur des artistes jeunes qui interviennent dans des espaces publics à ciel ouvert. On assiste à la démocratisation de l’art contemporain qui s’expose dans les rues. En 1986 Daniel Buren, alors jeune artiste, investit les jardins du Palais Royal avec son œuvre Les deux plateaux. C’est une œuvre d’art contemporaine, pérenne, qui vient illustrer l’art de la fin du 20ème siècle dans le décor du 17ème, 18ème et 19ème d’une place royale.

L’oeuvre Les Deux plateaux de Daniel Buren dans les jardins du Palais Royal  inaugurée en 1986

En 2019 le ministre de la Culture, Franck Riester, remet au goût du jour le 1% artistique consistant à consacrer 1% du coût des travaux des bâtiments publics à la commande ou à l’acquisition d’oeuvres d’artistes vivants. Cette mesure permet aux artistes de participer aux projets de construction, de réhabilitation et d’extension de bâtiments.

En 2020, pour soutenir le secteur culturel fortement touché par la crise sanitaire, le président Emmanuel Macron  lance le plus grand programme de commandes publiques jamais réalisé en France, environ 30 millions d’euros devraient y être consacrés. 

Les commandes seront passées auprès de jeunes créateurs de moins de 30 ans, pour réaliser des oeuvres essentiellement en relation avec des sites patrimoniaux ou naturels dans toute la France. Si ce programme de commandes publiques entend soutenir la jeune création, des projets d’artistes d’autres générations pourront aussi être choisies. 

Un comité artistique formé de neuf personnalités de la culture sera en charge de la sélection et de l’accompagnement des artistes dans la préfiguration et la réalisation des projets. Le dépôt des candidatures se fera entre le 28 juin et le 2 août, la sélection aura lieu courant septembre et les premières réalisations pourront se faire dès octobre.

Les modalités de cette nouvelle vague de commandes publiques ont été définies en collaboration avec les différents corps de métiers artistiques compétents. Le président Emmanuel Macron s’est montré très fervent sur l’ampleur de cette mesure qui permettrait de faire évoluer les choses dans le monde des arts et de la culture.